Le satellite du conte sur la toile du monde
Rendez vous sur Woomoon

Le satellite du conte sur la toile du monde

Une façon de magnifier la vie de tous les jours en s'appuyant sur l'histoire humaine depuis des millénaires et en se ressourçant grâce à l'actualité de notre nouvelle ère planétaire.
 
AccueilPortailGalerieS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Apprentissage

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
avatar

Messages : 18
Date d'inscription : 08/11/2008

MessageSujet: Apprentissage   Jeu 25 Fév - 2:37


Disons d'abord que les apprentis sont très souvent mes ennemis
! ... C'est normal ... Un prof, qui plus lorsqu'il est inspiré, est toujours très critiqué par ses élèves. Pour cela je suis votre ami sans en avoir l'air et je ne le revendique pas. J'attends de vous l'attention la plus dénuée d'affection. Je vous parlerais donc de moi à la troisième personne.



  • " Lao, lui, je le sais, n'a pas d'ennemis parce qu'ils les ignore."
    Non pas qu'il soit prétentieux ou inconscient, mais simplement il passe outre leurs jugements et leurs adversités envers lui-même. Il ne se moque de personne (sauf par humour). Quelquefois il lui arrive de se mettre en colère. C'est une colère vertueuse. Ce n'est qu'une animosité envers un certains nombres d'âmes qui pensent avoir trouvé leur place dans un monde qu'ils connaissent mal. Il agissent comme en pays conquis et s'étonnent de la mauvaises compréhension des gens du cru. Et par cette ignorance, ils en viennent à le détruire. Simplement pour affirmer leur personnalité, ils en viennent même quelquefois À brûler la maison du maître reconnu. À son époque Pythagore a fait les frais de cette expérience. Et depuis lors, il est devenu beaucoup moins tolérant que Lao Tseu envers ses étudiants impatients.

    La raison principale des guerres qui massacrent les fiers guerriers inconscients,
    qui violent les femmes asservies et tuent les enfants pleurnichards
    est l'expression même de sa détermination :

    il n'est pas question que l'humanité solaire devienne une peste irréductible pour le restant de l'univers. Un amour aveugle envers tout ce qui existe est aussi une bêtise sans nom
    pour celui ou celle qui ne sait pas distinguer les raisons de sa propre survie. Ces personnes qui viennent à changer le sens des mots pour tenter absolument d'avoir raison en un monde où la raison ne leur appartient pas en propre, sont précisément les exemples à ne pas suivre. Pour cela nous allons procéder à une petite analyse étymologique (histoire) et sémantique (signification) très succincte de certains mots clés couramment galvaudés par l'espèce humaine auto proclamée civilisée et dont les enfants n'ont de cesse que déclâmer leur mal de vivre.[/



Être : du verbe ester qui signifie se tenir debout, soit manifester sa présence.
Soit tout le contraire que rester passif et profiter de l'existence.


  • D'où le "statut quo" antique de respect mutuel
    des êtres vivants entre eux.

Âme : de ane ou anemos, le souffle vital ou le vent. Soit l'air, qui est un principe essentiel et parallèle au feu. Ce qui donne plus tard animus :le principe pensant ; et anima : l'esprit qui anime la matière.

  • D'ou la dualité même de l'âme qui est l'esprit
    qui pénètre la matière pour la faire sienne

Amour : de amare et amor bien sûr, il s'agit du substantif du verbe aimer qui fût adapté au Moyen-âge par la courtoisie: 'amur' donne amour. Celà n'a rien à voir avec l'âme au premier degré. C'est le lien, la force, l'eau qui poli toute chose et sans qui la vie n'existerait pas.

  • D'où l'altruisme ou dévouement pour ce qui est senti
    ou reconnu comme bon et donc durable.

Dieu : de dei, briller, et par extension, la lumière du jour puis le jour même : die. Soit l'esprit par qui la lumière existe. Ce qui par pure logique fait du soleil le dieu unique de notre monde. Ceci dit, le feu solaire est aussi le même que le feu tellurique ou terrestre.

  • D'où la conscience de la transcendance
    autant que de l'immanence de l'être divin.

Apprenti : c'est une contraction de prendre, d'apprendre et de pendre. C'est à dire que le maître reconnu prend (1) à sa charge un élève pour lui apprendre (2) le métier par expériences diverses. Puis le fruit de cet enseignement est évalué ou "pendu" (3) - dans le sens des plateaux de la balance - par la société à laquelle il s'adresse.

  • D'où les expériences souvent malheureuses
    de l'élève livré à lui-même.

Sorcier : nom provenant de tirer au sort. Des sortes, soit les petites plaquettes de bois antiques assimilables aux cartes à jouer modernes et qui étaient destinées à indiquer aux gens qui en faisait la demande, leur façon de se comporter en telle ou telle circonstances. Soit la référence à ce qui existe sur la terre, dans la matière. On parle très justement de la science des sorciers.

  • D'où le pouvoir des sortilèges (ou sorcereries)
    appliqués à des gens peu cultivés.

Maître : nom qui contient la notion de grandeur : mais, meg ou mag qui signifie grand. Le magister est littéralement celui qui est plus que les autres. Comme le magistrat est celui qui maîtrise le peuple. C’est un fait qui peut se vérifier par l’épreuve magistrale.

  • D'où la noblesse obligée de tout maître
    qui respecte ceux qui sont en son pouvoir.


Voilà donc quelques premières définitions que je soumets à l'approbation de mes compagnons de toujours. Car ces définitions brutes permettent toutes sortes d'interprétations barbares qui perturbent la marche du monde civilisé.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leconte.monalliance.net
De-derrière-les-fagots

avatar

Messages : 5
Date d'inscription : 22/11/2008
Localisation : Orbitale

MessageSujet: Re: Apprentissage   Sam 10 Avr - 20:15


  • Pour illustration Maître Jean-Pierre G écrit :



    Mon très cher Frère

    A l'instar de millions de Francs-Maçons qui, au long des siècles passés, ont été initiés sur les 5 continents, tu viens de renier ta vie profane pour partir à la recherche de la lumière.
    Je dois te prévenir que ce sera un chemin long à parcourir, parfois monotone, parfois exaltant, mais ce sera surtout un long travail personnel d'étude et de recherche sur toi-même afin d'atteindre ce que chacun de nous recherche.
    Ne te décourage jamais, il y aura toujours une main fraternelle qui sera prête à t'aider à franchir les obstacles que tu pourras rencontrer. Notre Ordre est ainsi fait que, où que tu sois, l'universalité de la Maçonnerie sera toujours présente. La Fraternité n'est pas, pour nous, un vain mot, une valeur sans fondements.
    Aujourd'hui, tu viens d'être reçu Apprenti Maçon. C'est-à-dire que tu vas apprendre pourquoi et comment sera ta nouvelle vie. Le terme « Apprenti » n'est pas péjoratif, loin de là. D'ailleurs, un de mes maîtres en Maçonnerie me disait qu'il était toujours un apprenti, après tant d'années passées en Loge, car tellement éloigné de la connaissance. Tu vas donc apprendre et c'est ici, dans ce lieu que nous dénommons « Loge » que se fera ton apprentissage.
    J'ai le devoir de t'informer que tu ne pourras pas exercer le droit de parole lors de nos tenues, avant que nous jugions que tu sois apte à recevoir le 3ème et dernier grade de la Franc-maçonnerie qui est celui de Maître Maçon. Les Frères Apprentis et Compagnons se taisent en Loge. Donc, regarde et écoute, et nous t'aiderons à comprendre et à progresser dans ton travail.
    Tu dois savoir que nous sommes actuellement dans ce que nous appelons « une tenue de loge », c'est-à-dire, une session de travail rituel qui réunit tous les frères de la Loge. Un mot important, « Rituel » !
    Le déroulement de nos travaux de loge dans notre Rite, qui est le Rite Ecossais Ancien et Accepté, respecte une tradition immuable depuis les premiers jusqu'aux derniers mots prononcés par le Vénérable Maître. C'est le Rituel des Travaux.
    La tenue peut être plus ou moins longue, en fonction de l'ordre du jour, mais elle obéira toujours à la même liturgie. C'est pourquoi, lorsque tu assisteras dans le futur à une tenue d'une autre Loge, ici ou ailleurs dans le monde, tu ne seras jamais dépaysé car, si la langue parlée sera différente, le Rituel, lui, sera toujours le même.
    Pour terminer, je vais te lire le texte suivant :
    « Les dernières qualités que nous exigeons encore de toi sont une discrétion à toute épreuve sur tous les secrets qui te seront révélés ; une volonté ferme et constante d'aimer tes Frères, de les protéger, de les secourir dans leurs besoins, de les éclairer de tes lumières, de les édifier par tes bons exemples, de sacrifier tout ressentiment personnel et de rechercher, en un mot, tout ce qui peut contribuer à la paix, à la concorde et à l'union de la Société. »
    Tu vois, ces phrases on été écrites en 1772 et ont été prononcées, elles aussi, par l'Orateur, lors de l'initiation d'un profane, tel que tu l'as été aujourd'hui.
    Ce texte contient la référence de toutes les valeurs morales qui, aujourd'hui encore, sont exigées des Francs-maçons. Et je ne doute pas, en te regardant, d'avoir en face de moi un homme qui respectera, tout au long de sa vie, ces valeurs fondamentales.
    Mon très cher Frère , au nom de tous, je te souhaite la bienvenue au sein de la Maçonnerie Universelle, en général, et parmi nous, dans notre Loge, en particulier.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Apprentissage
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le bouddhisme est un apprentissage
» Exclu de cours, en apprentissage
» Matinée de découverte et d'apprentissage de la méditation zen - dimache 9 mai 2010
» Luc Chatel veut instaurer l'apprentissage de l'anglais dès 3 ans
» Manuels d'apprentissage de l'héraldique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le satellite du conte sur la toile du monde :: Entrez dans la ronde :: Dans le rêve solaire-
Sauter vers: